Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

Football FFF : Contestable (et contestée) organisation au stade de France - Football / Foxoo
Local-events / Vos évènements relayés sur Twitter GUIDE   SUIVRE
Ma ville   Mes évènements   Annoncer un évènement
Source : Evan Publié le 02/06/14 | Vues : 151

Football FFF : Contestable (et contestée) organisation au stade de France


Mardi 27 mai 2014 à 21H, la France affronte la Norvège au Stade de France en match amical préparatoire à la Coupe du monde de Football.

8H. Une brève à la radio le matin indique qu’il reste quelques places disponibles. Très bien, c’est décidé, je vais proposer à mon fils de 12 ans d'assister à son premier match de football dans un stade et non plus à la télé ! Cela faisait longtemps qu’il me le demandait ; je reculais l’échéance, peu confiant dans l’idée d’emmener un enfant en bas âge dans une enceinte sportive potentiellement incontrôlable.

8H10. Les billets électroniques sont réservés en moins de dix minutes sur le site de la Fédération. Très bon système où l’on peut choisir ses places avec précision et s’assurer ainsi que l’on sera potentiellement bien placé.

19H. Sortie de collège (étude) et sortie de bureau. Regroupement familial pour s’engoufrer dans le métro bondé et arriver au Stade de France aux alentours de 19H45.

20H : L’entrée extérieure est trouvée : Porte S. Deux queues sont déjà formées pour passer le contrôle des billets et la fouille des corps et des sacs. Une première queue, « officielle », de près de 100 m, bien structurée, formée par toutes les personnes qui attendent patiemment leur tour pour entrer. Une seconde queue, un tas, constituée par ceux, nombreux aussi, qui n’ont pas la patience de se mettre derrière la grosse queue et qui s’insèrent sauvagement dans la queue officielle à 10 mètres de la Porte. Conflit de queues. La seconde, sans cesse renouvelée par de nouveaux arrivants, aboutit à cette chose inévitable : notre queue officielle n’avance pas. La fouille au corps systématique et le contrôle des sacs ne permettent pas une entrée fluide des spectateurs.

20H55. Nous entrons enfin dans le stade. On a raté la Marseillaise, un chant guerrier dans une enceinte sportive, on s'en remettra. Nous présentons nos billets à l’unique personne de notre tribune en charge d’orienter les spectateurs vers leurs places numérotées. Nous nous dirigeons vers nos places. Problème, elles sont occupées. Nous questionnons les occupants qui nous indiquent que d’autres ont pris leurs propres places et que, par conséquent, elles ont choisi de se mettre à nos places et qu’elles ne bougeront plus. Somme toute, un comportement tout à fait ordinaire de gens ordinaires. « On m’embête, alors j’en embête d’autres. »

Direction l’ouvreuse, très gentille, qui nous répond qu’elle ne peut rien faire dans pareil cas, si ce n’est nous conseiller de nous assoir tout là-haut dans la tribune, là où il reste encore des places côte à côte derrière le gros mur de béton d’un restaurant inoccupé. On ne voit pas le terrain en totalité, mais mon fils a trouvé le spectacle magique. Il est bon public !



Que dire de l’organisation ?

Sur la réservation, c’est épatant. Le prix est attractif (25 euros la place). Comme pour le train, on peut choisir l’emplacement de ses places et s’assurer ainsi qu’on « voyagera » côte à côte avec ses enfants. Enfin… en théorie.

Sur l’entrée dans le stade, c’est la grande pagaille. Porte S, une vingtaine d'agents de sécurité sont occupés à fouiller tout le monde, sacs et corps, de 7 à 77 ans. Le seul vigile placé devant la porte n’en a cure que la queue ne soit pas respectée. Peut-être ne se sent-il pas la force, par son isolement, d'affronter le courroux potentiel des irréductibles resquilleurs.

C’est devenu la règle, dans les grands évènements comme dans les aéroports, principe de précaution oblige, c’est fouille au corps systématique. Les spécialistes de la sécurité sont quasi-unanimes sur la question, c’est totalement contre-productif, mais ça rassure. On l’a bien vu ce soir-là avec les rayons laser qui balayaient la pelouse en permanence pendant le match, celui qui veut entrer son « outil » dans l’enceinte le fera avec d’autant plus de facilité que le côté systématique de la fouille à l’entrée rend celle-ci totalement inefficace. 10 secondes de fouille par personne ne sont pas suffisantes pour trouver l’ « outil ».

Il y a des méthodes plus efficaces pour repérer à l’entrée, puis dans l’enceinte, les comportements à risque, ce qui éviterait de fouiller 95% des entrants et laisserait disponibles plus de moyens humains à l’intérieur des tribunes, ne serait-ce que pour faire respecter l’occupation des places ou repérer les « laser gamers ».

Enfin, que penser de ces places situées derrière le mur du restaurant en tribune haute et qui ne permettent pas de voir le terrain en totalité ? Sont-elles réellement commercialisées ou sont-elles uniquement destinées au regoupement familial de ceux qui se voient confisquer leurs places par des « J’y suis, j’y reste» ? Mystère.

La prochaine fois, on essaiera la FFR. Le public rugby a meilleure presse.

Evan
Twitter @evan_lg

Commenter

Partager :
Facebook
Commentez Football FFF : Contestable (et contestée) organisation au stade de France
Pour poster un tweet, cliquez sur l'oiseau. Gardez le lien vers la page foxoo.
Pour commenter ou répondre, cliquez sur la zone date-heure du tweet.