Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

Jim Brown - Football / Foxoo
Local-events / Vos évènements relayés sur Twitter GUIDE   SUIVRE
Ma ville   Mes évènements   Annoncer un évènement
Source : #6402 Publié le 30/05/12 | Vues : 65

Jim Brown / Football


Originaire de Géorgie, Jim Brown grandit dans un ghetto noir de Long Island, près de New York. Mais il se distingue rapidement grâce à ses qualités sportives et intègre Syracuse University. Dès 1957, il signe un contrat avec l'équipe de football des Cleveland Browns, où il jouera comme "arrière" pendant dix ans. En 1958, il est "débutant" de l'année et, deux ans plus tard, Jim Brown est consacré "joueur de l'année". Alors qu'il est encore à Cleveland, il fait ses débuts au cinéma dans le western Rio Conchos (1963) de Gordon Douglas : sa prestation lui vaut quatre pages dans le magazine Life. Après avoir mis un terme à sa carrière de footballeur professionnel en 1967, il partage l'affiche des Douze Salopards (1968) de Robert Aldrich : la scène où il pulvérise plusieurs officiers nazis avec une grenade l'installe dans toutes les mémoires.








Jim Brown obtient alors des rôles majeurs, dans Destination Zebra, station polaire (1968) de John Sturges et Les cent fusils (1969) de Tom Gries, où il déclenche la polémique suite à une scène des plus sensuelles avec la sulfureuse Raquel Welch. On le retrouve ensuite dans plusieurs films de la Blaxploitation, comme Gunn la gâchette (1972) ou L'Exécuteur noir (1973) de Gordon Douglas, sans oublier Mélodie pour un tueur (1978) de James Toback.




Dès la fin des années 70, Jim Brown réduit ses apparitions à l'écran pour se consacrer à des activités philanthropiques et engagées, fondant notamment la Black Economic Union. Après plusieurs années d'absence, il refait équipe avec Fred Williamson, Pam Grier, et Richard Roundtree, ses anciens partenaires de la Blaxploitation, pour un délicieux film-hommage, Original Gangstas (1996).



Partager :
Facebook